Tentative de meurtre : début du procès d’Hensley Jean

Courtoisie

Un montréalais de 25 ans aurait tenté de tuer un résident de Saint-Eustache qui venait à peine d’aménager dans une résidence cossue, en lui tirant dans le dos.

C’est la thèse que la Couronne entend démontrer au procès devant jury d’Hensley Jean, qui s’est ouvert le 1er juin, au palais de justice Saint-Jérôme.

Dans son exposé d’ouverture, le procureur du DPCP dans ce dossier, Me Steve Baribeau, assisté par Me Vanessa Dorval, a expliqué aux membres du jury que ceux-ci seront placés en première ligne d’une bonne télé-série policière.

« Le 3 juin 2019, peu après minuit, la victime, un homme âgé de 30 ans et dont son identité est protégée en vertu d’une ordonnance de non-publication, revient chez lui en voiture sur la rue des Amarantes.  En biais avec sa résidence, un véhicule Acura est stationné avec deux individus à bord, soit le conducteur Jean-Gérard III Sterling et l’accusé, qui est passager côté avant. À peine après avoir stationné son véhicule et avant de rentrer chez lui, le passager, que nous prétendons être Hensley Jean, est débarqué du véhicule, muni d’une arme à feu, pour se diriger rapidement en direction de la victime pour le tirer dans le dos », a relaté Me Baribeau.

Il n’aura fallu que quelques minutes aux policiers de Saint-Eustache pour mettre la main au collet des deux suspects, à la suite de l’interception du véhicule suspect sur la rue Dubois, à quelques kilomètres du lieu du crime.

Au cours de ce procès qui devrait durer deux semaines et présidé par la juge Helen Di Salvo, de la Cour supérieure, la Couronne entend faire entendre une dizaine de témoins dont la présumée victime dans cette affaire. Neuf femmes et quatre hommes composent le jury.

L’accusé, qui est détenu depuis son arrestation, est représenté par Me Marion Burelle et Me Noémi Tellier.

La victime dans cette affaire a été le premier témoin appelé à la barre. Celui-ci a raconté avoir déménagé sur la rue des Amarantes, deux jours plus tôt. La nuit du crime, il revenait de chez un ami après avoir écouté un match de basketball des Raptors de Toronto.

« En débarquant de mon véhicule stationné dans la rue devant chez moi, je me suis dirigé vers ma résidence. C’est alors que j’ai entendu des bruits de pas et ensuite j’ai entendu comme un bruit d’air dans mon dos », a mentionné la victime aux membres du jury.

Après s’être retourné, il a un vu un homme de race noire qui portait une arme et dont le visage était masqué. Celui-ci était vêtu d’un kangourou foncé peut-être de couleur noir.

La victime a couru vers la porte de sa résidence et a frappé à celle-ci, en plus de crier à l’aide. Il a par la suite entendu sa copine venir à la porte, la victime lui a alors dit d’appeler la police. Il a entendu d’autres bruits dont celle d’une personne qui semblait avoir de la difficulté avec un pistolet, comme s’il ne fonctionnait pas. Il a entendu un autre bruit d’air et de la douleur au niveau de l’aine.

Transporté dans un centre hospitalier, il a dû subir une intervention chirurgicale et a séjourné cinq semaines à cet endroit.

Le conducteur condamné

Au terme de son procès en Cour du Québec, Jean-Gérard III Sterling a été déclaré coupable de tentative de meurtre par arme à feu.

La juge Michèle Toupin l’a condamné à 10 ans de pénitencier, le 9 octobre 2020, qualifiant le crime de « meurtre raté ».

Dernières nouvelles:

ENTREPRENEURS...
Annoncez-vous localement !

450.755.3515