Fin de la distribution du Publisac – Postes Canada doit prendre le relais pour nos journaux locaux!

Courtoisie

La députée de Laurentides-Labelle et Présidente du Caucus du Bloc Québécois, Marie-Hélène Gaudreau, s’inquiète de la fin de la distribution du Publisac pour les hebdos locaux et régionaux, qui disposent actuellement du réseau de Transcontinental comme moyen de distribution de leurs journaux.

« Dans la plupart des régions du Québec, c’est dans le Publisac que nos journaux locaux sont distribués. Si les temps sont déjà très durs pour nos médias écrits, en abandonnant le Publisac, ce sont des dizaines, voire des centaines d’hebdos qui perdront leur distributeur entre février et mai prochain, ajoutant aux difficultés existantes. Le Bloc Québécois appelle donc le gouvernement à faire pression auprès de Postes Canada afin qu’il prenne le relais en acceptant de distribuer les journaux locaux et régionaux à un tarif préférentiel. Nos journaux locaux sont essentiels et contribuent à la couverture des enjeux régionaux au Québec. C’est là une question de survie, le gouvernement doit agir! », avise Marie-Hélène Gaudreau.

Postes Canada facture actuellement des frais exorbitants pour la livraison, jusqu’à trois fois le prix demandé par Transcontinental, pour distribuer le Publisac.

« La crise qui secoue nos médias est grave et sans précédent. Les coupes au Groupe TVA en sont la dernière manifestation et nos médias écrits ne sont pas en reste. Le gouvernement a la responsabilité de faire tout en son pouvoir afin de permettre à nos médias de survivre pour qu’ils puissent continuer d’exercer le rôle névralgique qu’ils occupent comme relais d’une information fiable, de qualité et garante d’une démocratie en santé. Ça fait maintenant plus d’un an que le Bloc formule cette demande et la crise s’envenime de jour en jour. Nous appelons la ministre du Patrimoine canadien et Postes Canada à assumer leurs responsabilités et à annoncer des tarifs préférentiels pour que Postes Canada puisse distribuer nos hebdos. Ça presse pour notre presse, réveillons-nous! », déclare la députée de Laurentides-Labelle.

« Dans Laurentides-Labelle, nous le savons, il n’y a pas de station de télé des grands médias nationaux. Nos médias locaux, radio et journaux, tiennent à bout de bras l’information pour un territoire immense mais avec très peu de moyen. Si en plus les gens n’ont plus accès aux journaux, c’est la fin de l’information locale. C’est excessivement grave et inquiétant », conclut la députée bloquiste.

Dernières nouvelles:

ENTREPRENEURS...
Annoncez-vous localement !

450.755.3515